Au revoir et bonne chance

 

 

 

 

 

  

Interviews : Alina, Anastasia, Clara, Chloé, Coralie, David, Emil, Kurt et Emmanuelle
Photos, Texte & Dessins: © Grand méchant loup | Böser Wolf - Mai 2011 | www.boeser-wolf.schule.de

Les femmes ne font pas autant de chichis que les hommes...

Theo Zwanziger

 

Anna Felicitas Sarholz

Gardienne de but
Élue meilleur espoir de 2010

Club : 1. FFC Turbine Potsdam
Âge : 18 ans

"J'ai toujours joué au foot avec les garçons en maternelle. Un jour, je suis rentrée à la maison et j'ai dit : à partir d'aujourd'hui, je fais du foot. "

 

Comment ont réagi vos parents ?

Ma mère m'a dit : "Non, tu n'en feras pas. Tu es une fille, tu ne vas pas jouer au foot". Mais j'ai quand même continué et j'ai tout de suite joué en club.

Vous étiez attaquante pourquoi êtes-vous maintenant gardienne ?

Une attaquante doit beaucoup courir et l'endurance n'est pas trop mon fort, je préfère l'individualité du gardien. Tu peux prendre la balle avec les mains, tu es cavalier seul.


Clique ici >>>

pour lire la version complète

 

 

Theo Zwanziger

Président de la Fédération allemande de football

 

À votre avis, le foot féminin est-il l'avenir du foot ?


Non. Le foot féminin représente autant l'avenir que le foot masculin. Le football est là pour tous.

Que peuvent apprendre les hommes du foot féminin ?


Dans le foot, on apprend les uns des autres. Les hommes apprennent des femmes tout autant que les femmes des hommes.

Ce qui me plaît chez les femmes, c'est qu'elles ne font pas autant de chichis que les hommes. Elles continuent toujours de jouer même quand elles viennent de subir une faute.

Quel est le plus difficile à organiser : une coupe du monde de foot pour hommes ou pour femmes?

Les deux nécessitent une bonne préparation. La coupe du monde pour femmes a moins de participants., en tout 16 équipes alors que les hommes en ont 32, donc c'est un peu plus compliqué.

 

 

Ariane Hingst

Joueuse de l'équipe nationale, milieu de terrain

Club : 1. FFC Frankfurt

Année de naissance : 1978

" En CE2, on devait faire une rédaction, et j'ai écrit que je voulais devenir footballeuse professionnelle. "

 

Y a-t-il des équipes de femmes dans tous les pays ?
Il y a beaucoup de pays où le rôle de la femme n’est pas reconnu, et, là, elles n'ont pas le droit de jouer au foot. Mais les choses changent. Par exemple, en Afghanistan, les femmes ont maintenant le droit de jouer. Elles doivent prendre certaines mesures pour que personne ne les voie, elles jouent voilées, mais au moins elles peuvent jouer. Ce n’est pas dans tous les pays que les femmes ont des droits.

De quoi avez-vous le plus peur ?

De l'avion. Avec l'équipe, on prend souvent l'avion et plus je le prends, plus j'ai peur. Par exemple, pendant le décollage ou lorsqu'il y a un orage. Il y a des moments où j'aimerais mieux ne pas monter dans l'avion.

Clique ici >>>

pour lire la version complète

 

 

Bernd Schröder

Entraîneur du club Turbine Potsdam

 

 

 

 

Que va apporter la Coupe du monde au foot féminin ?

On espère que ça va être une bonne compétition. Toutes les places ont été vendues à Berlin et dans beaucoup de stades. Mais il ne faut pas s'attendre à un brusque accroissement après cette Coupe du monde parce que le football féminin en Allemagne a déjà atteint un très bon niveau. On ne va pas avoir d'un coup 100 000 supporters de plus. Il y en aura évidemment un peu plus, si l'on devient champion du monde. Mais il ne faut pas se faire d'illusions. Les hommes ont leur public défini et les femmes aussi. On est content avec ce que l'on a. Ça nous suffit.

 

Anja Mittag

Joueuse de l'équipe nationale, Attaquante


Club : 1. LdB FC Malmö


Année de naissance : 1985

"Je joue depuis que j'ai 5 ans. Ça fait donc presque 20 ans."

C'est plus facile de jouer une Coupe du monde quand on est champion du monde en titre ?

Tous les tournois sont difficiles. On doit défendre le titre, mais on a pas mal d'expérience, on sait comment gagner un tournoi comme celui-ci.

Qu'est-ce qui vous plaît dans votre travail ?

De pouvoir voyager et d'avoir toujours des gens autour de soi. D'avoir comme métier ce que l'on aime faire.

On vous a déjà mis un carton rouge ?

Oui. J'avais 18 ans à l'époque. J'ai commis une faute par frustration. Mais du coup on laisse son équipe en plan et elles doivent jouer ensuite à dix au lieu de onze. On a mauvaise conscience, surtout quand c'est un carton rouge inutile.

Clique ici >>>

pour lire la version complète

Britta Carlson >>>

Ambassadrice de la Coupe du monde

Foot féminin en Allemagne

 

Ariane Hingst >>>

Joueuse de l'équipe nationale

Anna Felicitas Sarholz >>>

Gardienne de but du club Turbine Potsdam

 

Theo Zwanziger >>>

Président de la Fédération du football allemand

 

Britta Carlson

Ambassadrice de la Coupe du monde

Ancienne joueuse de l'équipe nationale

Année de naissance : 1979

" Depuis que je sais marcher, j'ai toujours eu une balle au pied. "

Pourquoi y a-t-il des ambassadrices de la Coupe du monde ?

Beaucoup d'hommes en Allemagne ne réalisent pas encore qu'une coupe du monde de foot féminin aura lieu dans leur pays. Quand on a commencé il y a trois ans, une personne sur cinq seulement était au courant. Depuis, il y en a beaucoup plus. On est allées dans des villages, dans des villes, on a essayé de faire prendre conscience de l'existence du football féminin et de donner envie aux gens.

Vous entraînez quel genre de filles ?

C'est une équipe tout à fait normale de championnat, les filles viennent de différents milieux sociaux. Avant, le foot était mal vu mais maintenant peu importe que tu viennes d'une famille de médecins ou d'ouvriers.


Clique ici >>>

pour lire la version complète

Anja Mittag >>>

Joueuse de l'équipe nationale

Bernd Schröder >>>

Entraîneur du club Turbine Potsdam