Deutsche Flagge

C'est pour ça que j'y vais et que

je me donne fond
Une interview du Grand méchant loup avec Robert Harting

 

 

Le lanceur de disque Robert Harting est lanceur de disque et un espoir de médailles pour l'Allemagne aux Mondiaux d'athlétisme cet été. Il a 26 ans et vit à Berlin. Les Grands méchants loups ont toujours cru en lui : David (14 ans) a interviewé Robert avant le début de la compétition, avant qu'il obtienne la médaille d'or !

 

Tu pourras apprendre plein de choses intéressantes sur les thèmes suivants :

1. Comment tout a commencé >>>

   2. L'entraînement >>>

      3. Les championnats du monde d'athlétisme 2009 >>>

         4. Et pour finir >>>





1. Comment tout a commencé


Est-ce que l'athlétisme est une histoire de famille ?
Mes parents étaient lanceurs de poids. Mon papa s'est blessé et a dû malheureusement arrêter.

Êtes-vous devenu athlète parce que vos parents l'étaient ?
C'est dû en fait à un grand hasard. J'étais un bon handballeur et je voulais continuer le handball mais les choses ont mal tourné et mon entraîneur a été remplacé. Ça ne m'a pas plu. C'est pour ça que je me suis orienté vers l‘athlétisme. Au début, je n'avais pas beaucoup de succès, puis d'un coup je me suis amélioré.

Quel âge aviez-vous lorsque vous avez décidé de faire de l'athlétisme ?
11 ans et demi, 12 ans.


2. L'entraînement


Vous entraînez-vous seul avec votre entraîneur ou avec d'autres athlètes ?
Pour l'instant, on s'entraîne ensemble. À partir de fin juillet, on s'entraînera tous seuls.

Ce sont tous des lanceurs de disque ?
Tous sauf un qui est lanceur de poids.

Vous vous entraînez combien de temps par jour ?
Au moins deux fois par jour. Quand on s'entraîne beaucoup le matin, on peut parfois avoir l'après-midi de libre.

Et combien de fois par semaine ?
10 fois par semaine.

Quelles qualités faut-il avoir pour être lanceur de disque ?
Il y en a plusieurs. Il faut être à la base extrêmement ambitieux parce que c'est très difficile : tu dois avoir de la force, être rapide et aussi avoir une bonne technique. Si tu ne fais que de la musculation, tu négliges la technique parce que ta musculature grossit tout simplement. Tu vas devenir plus lent alors qu'il faudrait être rapide ! Et si tu ne te concentres que sur la technique, tu n'auras pas assez de force. Ce n'est donc pas soit l'un, soit l'autre, à l'entraînement il faut trouver un juste milieu.

Avez-vous une technique personnelle pour lancer le disque ou tout le monde a la même ?
Le problème avec le disque c'est qu'il a une forme particulière et doit être lancé d'une certaine façon. L'apport personnel est d'environ 30 %. C'est ça qui fait la différence.

Qu'est-ce que vous faites avant que ça soit votre tour dans une compétition ?
Des échauffements, des étirements, je n'ai pas vraiment de rituel.




3. Les championnats du monde d'athlétisme 2009



Est-ce que c'est un avantage pour vous de faire ces Mondiaux à domicile ?
Ça, je le saurai après ! Mais j'espère que ça en est un. Si quelqu'un m'attaque et me cherche, il va vite se rendre compte que je sais me défendre !

Vous pensez avoir une chance de remporter une médaille ?
C'est pour ça que j'y vais et que tous les jours, je transpire à mort..

C'est quand la finale ?
Mercredi soir, à 20h10 !

Qu'est ce que vous allez faire si vous battez un nouveau record ?
Je serai bien sûr très heureux et sinon je ne sais pas. Je suis quelqu'un de relativement spontané et je fais ce qui me plaît.

De quels continents ou de quel pays viennent vos concurrents ?
En grande partie d'Europe, de l'Europe de l'Est : Estonie, Lituanie, Pologne, ça ce sont mes principaux concurrents.

Pourquoi l'Allemagne n'est-elle, en fait, pas très bonne en athlétisme ? Vous avez une explication ?
Oui, un peu. Je pense qu'il n'y a pas assez d'argent pour l'athlétisme et qu'on ne peut pas former autant de futurs champions. On doit se concentrer sur un athlète, sur deux, et ce n'est même pas sûr qu'ils y arrivent.

Y-a-t'il plus d'argent d'investi dans le football par exemple ?
Oui, c'est sûr. Le problème n'est pas de savoir qui a plus d'argent. On ne râle pas parce que moins d'argent est investi dans l'athlétisme, non. On râle parce qu'on ne gagne pas assez d'argent. L'athlétisme a un système bien différent de celui du football, il faut voir ça comme ça : il y a cinq athlètes par discipline, donc dix car on compte les hommes et les femmes. Si on additionne toutes les disciplines ensemble, on en arrive à 500 athlètes qui doivent être formés. Mais malheureusement il n'y a pas assez d'argent. Il y aura donc, dans le meilleur des cas, que trois ou quatre athlètes qui seront sur la scène mondiale. S'il y avait plus d'argent pour former et soutenir les athlètes, beaucoup plus d'entre nous participeraient à des compétitions internationales.

Que pensez-vous du dopage ?
Je pense bien sûr que c'est mauvais parce que je suis quelqu'un d'honnête, et si en sport je me sens dupé, je trouve que c'est vraiment en dessous de tout, et c'est quelque chose que je méprise. Mais malheureusement, c'est comme ça dans le sport, et ça le restera toujours : j'y serais donc toujours confronté.

Est-ce que ça a vraiment une influence pour le lancer de disque ?
J'imagine, sinon ça ne serait pas interdit !

4. Et pour finir


Qu'est-ce qui vous donne de la force dans la vie ?
Mon cercle d'amis et ma copine bien entendu me donnent de la force. Moi-même aussi car dans certaines situations, je dois me battre seul, c'est comme une impulsion de l'intérieur, une ambition d'atteindre de nouvelles choses. C'est ça qui me fait aller de l'avant.

Gagnez-vous assez avec l'athlétisme ou bien devez-vous travailler à côté ?
Pour l'instant, je suis dans l'armée, je suis un soldat sportif, et j'ai une solde régulière. Je gagne avec l'athlétisme un peu d'argent, et comme je ne suis pas dépensier, ça me suffit.


Qu'est-ce que vous allez faire après ? Devenir entraîneur ?
Non, je ne pense pas. J'aimerais bien faire des études vers la fin d'année, plutôt dans la publicité, l'analyse d'entreprise. J'aimerais bien faire quelque chose qui a à faire avec le commerce, le mieux serait d'avoir une agence de publicité. Elles sont en voie de disparition, et il faut être un peu extravagant ! J'espère pouvoir faire ça !

Jusqu'à quel âge peut-on être lanceur de disque professionnel ?
Ça dépend de l'état de tes vertèbres, si à 30 ou 35 ans ton dos est foutu ou non. Dans tous les cas il sera abimé.

Avez-vous une invention préférée ?
Non, pas encore. Il y a plein d'inventions que j'aime bien, mais je n'en ai pas encore une préférée parce que sinon je perdrais un peu l'ambition de vouloir créer quelque chose de nouveau.

Merci pour l'interview et bonne chance pour les Mondiaux !




Interview : David (14 ans)

Traduction : Aimie Bouju

© Grand méchant loup, www.mechant-loup.schule.de