Vivre il y a 100 ans / Vor 100 Jahren leben / Życie przed 100-ma laty

rushes

wolf-logoiconFR Arrivés au Collège des Pressigny, nous retrouvons d’abord nos vieilles habitudes. Accueil par le proviseur et puis bien sûr, les entretiens filmés avec les élèves. Certains sont des vieux habitués et sont déjà à l’aise devant la caméra. Ils avaient auparavant rempli un questionnaire avec l’aide de leurs parents et grands-parents et nous ont fait part de leurs trouvailles. À Selles, contrairement aux élèves Berlinois, la plupart avait des origines rurales, et nous avons remarqué que  leurs ancêtres d’il y a 100 ans vivaient dans la même région. Mais il y avait aussi des exceptions comme des élèves du Venezuela, Maroc, etc. Indépendamment de leur origine, ils avaient tous quelque chose d’intéressant à raconter.

iconDEWir sind in das Collège des Pressigny gegangen und haben dort die Schüler gefragt, ob sie gerne vor hundert Jahren gelebt hätten. Die meistens haben mit „nein“ geantwortet; vor allem, weil es damals gefährlicher war und es noch keine Computer gab. Einige hätten es aber auch interessant gefunden, um zu sehen, wie es damals war.

iconPL Odwiedziliśmy gimnazjum w Pressigny i zapytaliśmy uczniów, czy żyliby chętnie przed 100-ma laty? Większość odpowiedziała „nie”, przede wszystkim dlatego, że było wówczas bardziej niebezpiecznie i nie było komputerów. Niektórzy jednak zainteresowali się tym, jak wyglądało kiedyś życie

 

On logo_sellescommence par la première question…

Auriez-vous aimé vivre il y a cent ans ?

Manon Meriem, Anaelle, Johanna : Non, on préfère maintenant.

soldats
Kévin, Camille, Alexandra : Non, il y avait la guerre. Ça devait être un peu dur quand même.
Ariane : Je n’aurais pas aimé mourir…
Edouard : Je pense que c’est mieux aujourd’hui. C’est plus facile. Avec la guerre, ce n’était pas la même chose dans les villes qu’aujourd’hui. Aujourd’hui c’est plus facile, comme il n’y a pas la guerre.

 

ecoleAdrien : Maintenant on va à l’école en voiture. Il y a des cars. Il y a tout ce qu’il faut. Des tables, des chaises. Tout est bien, quand même.
Noémie : Ce n’est pas du tout pareil que maintenant. Je trouve que c’était plus triste, il y a cent ans.
Léo, schuleBrendan : Non on n’aurait pas aimé vivre il y a cent ans, c’est mieux maintenant.
Kévin : c’est vrai que le développement s’est amélioré par rapport à il y a cent ans. Les écoles étaient très rares. Maintenant, il y en a beaucoup plus. C’est mieux, quand même.

Ariane : Et on est amis avec les Allemands, on a des correspondants. On est allé en Allemagne en décembre.
Julie : C’est mieux maintenant, on peut communiquer plus facilement. On peut bouger plus régulièrement. On peut aller en vacances. En plus il y a les tracteurs pour s’occuper des travaux, donc ça va plus vite.

Juliette : C’est vrai que la vie est plus facile.
Joris : ilhandy y a plus de technologie et tout ça.
Camille : il n’y avait pas de tout. Il n’y avait pas d’ordinateur, de téléphone. Mais ils avaient d’autres choses pour s’occuper.
Laure : il n’y avait pas tout ce qu’il y a maintenant.
Vanessa : moi je n’aurais pas aimé, car il n’y avait pas les trucs qu’on a maintenant, comme l’ordinateur.
Emma : Ça serait dur, avec les habitudes qu’on a. A l’époque ce n’était pas pareil, ils ne vivaient pas de la même manière.
Valentine : je pense que leur vie était assez dure à vivre. Même pas pour les technologies, mais en général.
opa
Ziya : Moi, je ne sais pas.
Pauline : ça ne m’aurait pas dérangée. J’aime bien leurs tenues.
Kamel : Oui, pour découvrir ce qu’ils faisaient. Comment c’était, la vie de tous les jours.
Lucie : Moi oui, j’aurais bien aimé voir comment c’était.
Juliette : Moi aussi, ça devait être intéressant. Bon, après, pour la guerre ça devait être moins plaisant mais bon, ça devait être bien quand même.
Ariane : Moi, je trouve que les gens communiquaient beaucoup plus, c’est pas comme avec Facebook, ils passaient plus de temps ensemble, à table et tout…

famille

Text: Die Klasse von Madame Gracieux (Deutsch-Lehrerin)
Graphik:  © Masterplan-AG Grand méchant loup | Felix & Léon (8.KL) / Foto: Grand méchant loup

Schreibe einen Kommentar